Tout déclarer et ma'asser

Raven
Profile picture for user Raven
mar 27/10/2015 - 23:00

Bonjour rav je suis dans le meme cas de figure et j ai poser la question a un rav qui passe le concours en vu d etre dayan que je citerai sur demande pour pas lui faire mauvaise reputation si toutefois certains ne sont pas d accord avec lui.
Il ma repondu que dans la mesure ou l etat nous vole c est a dire qu il recupere beaucoup plus d argent sur les profession liberal qu un salarie normal dans la mesure ou AU MOINS on paie une somme d impot pour l activite on peut garder le reste sans declarer.
Il m avait alors cite des rabbanims sur qui on peut s appuyer.
Merci pour vos reponses et nous permettre d ameliorer notre pratique quotidienne.

Rav Sam Elikan
mer 28/10/2015 - 09:28

Shalom,
Je comprends que les difficultés financières pèsent et sont difficiles, toutefois ce n'est pas une raison pour "voler". Cela est et reste formellement interdit et immoral.

Je m'explique :

- si on dit que le problème est "hafka'at halva'ato" (le fait de ne pas rendre un prêt, ici en l'occurrence une dette, les impôts) - dans ce cas, il y a un grand h'iloul Hashem (profanation du Nom Divin) et par conséquent c'est interdit (cf. TB BK 113; Rema HM 348,2; etc.) et selon certains cela est même interdit a priori même s'il n'y a pas de h'iloul Hashem, à cause de Dina deMalh'outa (cf. Mordeh'i cité par le Rema, id.; Rambam hil. gzela 5,11; Tour HM 369 et Sh. Ar. id seif 6).

Le Shoulh'an Arouh' HaRav (H'abad - HM id. hil. Gneva veGzeila, 15) résume bien :
"Quiconque craint le Ciel fera attention et ne transgressera pas un interdit de la Torah, et même pour ceux qui sont moins strict (sur hafka'at halva'ato) c'est uniquement s'il n'y a pas de vol de conscience (gneivat da'at), mensonge, profanation du Nom DIvin, etc."

Même les poskim contemporains tels le Rav Moshé Feinstein (resp. Iggrot Moshé I, 88; HM II,29) et le Rav Wozner (resp. Shevet HaLévy II, 58) dans sa lettre au rav Ephraïm Greenblat des USA (auteur du resp. Rivevot Ephraïm) écrivent qu'il est formellement interdit de cacher des revenus pour ne pas payer les impôts. cf. encore resp. Yaskil Avdi (VI, HM 28,2); resp. Yeh'ave Da'at V,64.

- si on dit que c'est "guezel" (du vol), tel que l'écrit le Rambam (hil. Gzeila 5,11) et tranche le Sh. Ar. (HM 369,6), alors c'est formellement interdit (selon la majorité des poskim c'est un interdit de la Torah)...

- Selon le rav Eliezer Waldenberg, il y a là la transgression de l'interdit de "gneivat da'at" ("vol de conscience") - resp. Tzitz Eliezer XV, §12.

- Par ailleurs, moralement c'est très grave. Le Rav Shimon Shwab de New-York écrivait qu'un juif trichant sur sa déclaration d'impôts ne peut pas être considéré comme religieux...
(cf. Eliyahu Meir Klugman, "The Ish HaEmes: The Man of Unimpeachable Integrity, Rabbi Shimon Schwab", dans "The Ethical Imperative", p. 547, 554 et 562).

(Le seul rabbin ayant écrit différemment est le Rav Rephaël Berdugo dans son resp. Mishpatim Yesharim I, §113 - toutefois, il parle d'une autre réalité et ses propos ont déjà été violemment critiqués et repoussés par la majorité des décisionnaires).

Cordialement,