Ils ont raccourci la prière

mick636
dim 10/07/2016 - 23:00
Si une personne, un chabbat, se rend compte en pleine Amida qu'elle est dans celle du Hol et non de chabbat, le choulhan arouh explique quoi faire. L'explication qui est donnée (dans le michna broura) est que normalement la Amida de chabbat aurait dû faire 19 bénédiction (en fait 20): celle de la semaine avec en plus la bénédiction sur chabbat. Mais pour éviter que la prière ne soit trop longue les rabbins ont décidé d'en retirer une partie.
Mais pourquoi la Amida ? N'auraient ils pas pu retirer un autre passage de la prière (des psaumes par exemple) ?
Rav Sam Elikan
mer 20/07/2016 - 09:01
Shalom,

Si j'ai bien compris votre propos, vous faites allusion à ce que dit le Talmud Bavli dans le traité de Berah'ot 21a (et fixé par le Rambam, hil. Tefila 10,7 ainsi que le Sh. Ar. OH 268,2)

Là bas, Rav Nah'man nous enseigne qu'un jour il alla voir Rabba bar Avoua chez lui à la maison et l'interrogea au sujet de jeunes qui se trompent dans leur amida du shabat et disent le texte institué pour les jours de la semaine (non-fériés), doivent-ils terminer la amida qu'ils ont commencé ?

(Le changement du texte est déjà rapporté dans la Tossefta (Berah'ot 3,14) et dans le Midrash (Tanh'ouma Vayera 1) où il est dit que la raison de ce changement est liée au fait qu'à Shabat on n'a pas le droit de faire des demandes, des requêtes (car celles-ci nous rappelleraient les douleurs et les misères - cf. encore Talmud de Jérusalem, traité de Shabat chap. 15, hal. 3) et le shabat a été donné pour la sainteté et le repos - ainsi on ne dit que les trois premières et trois dernières bénédictions qui constituent des louanges et on ajoute une septième bénédiction au milieu concernant le repos).

Rabba bar Avouah répond qu'il faut finir la bénédiction où l'on s'en est rendu compte, mais qu'on ne continuera pas la Amida comme on l'aurait fait un autre jour non-férié avec les bénédictions suivantes, mais qu'au contraire on raccourcira, parce que c'est shabat. En effet, "nos Sages n'ont pas requis de manière drastique que l'on finisse la Amida (des jours non-fériés, h'ol), pour ne pas manquer d'honneur au Shabat".

On voit donc bien de là qu'on parle d'un cas très précis - nos Sages ne veulent pas que la prière de quelqu'un qui s'est trompé soit trop longue, mais ce n'est pas la raison pour laquelle la Amida de shabat a été "modifiée", cela serait plutôt lié au fait qu'on n'ait pas le droit de faire de "demandes" le shabat.
Pour ce qui est des psaumes - au contraire, à Shabat on en ajoute, pour louer D'ieu encore plus ; si on a enfin un jour de congé, de sainteté, pourquoi ne pas en profiter pour chanter à D'ieu ?

Cordialement,