Fils de convertis

Sam947
Profile picture for user Sam947
sam 03/09/2016 - 23:00

Bonjour Rav,

Je souhaiterai qu'on m'explique si possible la halakha het hilkhot Issourei Bia chapitre 15 .

Il est question d'un homme converti qui a un enfant avec une femme converti . Cette enfant à le statut de converti et peut épouser un ou une mamzere.

J'aurai souhaité comprendre le Din et savoir pourquoi un enfant d'une converti ou d'un converti qui s'est marié avec un Israel est un Israel (la halakha d'après) mais pourquoi deux convertis alors l'enfant est guer .

Toda

Rav Sam Elikan
mar 06/09/2016 - 03:50

Shalom,

Premièrement, il faut savoir que c'est un sujet à discussion et l'avis du Rambam n'est pas la seule (cf. Beit Yossef et Sh. Ar. EH 4,22).

Deuxièmement, plusieurs explications ont été données aux propos du Rambam (hil. Issourei Bia 15,8).

La première est que l'on suit le père, tel qu'on l'apprend du verset "lemishpeh'otam leveit avotam".
Tant que le père est converti, l'enfant l'est également, c'est son "yih'ouss" et il pourra donc se marier avec une "mamzeret". Et ce, jusqu'à ce que ce "yih'ouss" s'oublie, s'efface, ne se fasse plus ressentir (à l'opposé du Rosh qui parle de 10 générations).

Toutefois, cette explication est problématique, puisque le Rambam écrit lui même par la suite (hal. 9) que si un converti se marie avec une juive, l'enfant est considéré comme juif (et pas comme converti) !
Ce qui a poussé le Ran (au début du dernier chapitre de Kidoushin, rapporté par le TaZ EH 4, s.k. 23) à dire que les propos du Rambam ne sont pas compréhensibles !

Le Beit Shemouel (ad loc. s.k. 37) en conclue que le Rambam pense que la règle affirmant que le yih'ouss suit le père n'est vrai que si les deux parents sont nés juifs, sans quoi cela ne s'applique pas... (cf. encore l'opinion du Avnei Milouim à ce propos et l'explication qu'en donne le Rav Shah' dans Avi Ezri sur le Rambam, ad loc).

Le Sha'ar HaMeleh' (ad loc) et le H'azon Ish (EH 4, s.k. 7) pensent quant à eux que le source du Rambam est dans Yevamot 57a.
Ils semblent comprendre que la question ici est celle de la "communauté" à laquelle on appartient.
Si des convertis ne se marient qu'entre eux, ils créent par cela une communauté de convertis et ne s'intègrent pas totalement au Peuple Juif, bien qu'étant juifs.
Ainsi, ils conservent leur "statut juridique" particulier permettant de se marier avec une mamzeret.
Toutefois, si l'un des deux parents était né juif, ils ne feraient plus partie de cette "communauté" et s’intégreraient ainsi entièrement au Peuple Juif, de telle sorte que ce "statut juridique particulier" n'ait plus lieu d'être "transmis" à la génération suivante.

Cordialement,