Des emails d'activation de comptes sont envoyés à nos utilisateurs. Vérifiez aussi dans votre dossier Spam / Courrier Indésirable ! Si vous n'avez pas reçu de mail contactez-nous à l'aide du lien ci-dessus.
Si notre message se trouve dans le dossier Spam, nous vous serions reconnaissants de le marquer comme "non-spam" (ou autre mention équivalente) afin de nous aider à atteindre les autres utilisateurs de Cheela.

Elle doit rattraper ou pas?

pythagore
Profile picture for user pythagore
dim 22/01/2017 - 23:00

Bonsoir,

Je m'interroge sur une question de halaha que l'on m'a posée :
La question est : est ce qu'une femme qui a pris sur elle de faire toutes les prières, peut (ou doit) rattraper minha en faisant 2 fois la amida de arvit ?

A priori j'aurais pensé qu'elle peut le faire mais qu'elle en ait pas l'obligation (contrairement à un homme qui doit le faire) puisqu'elle n'a pas d'obligation de faire minha.

J'ai trouvé une halaha du rav Ovadia Yossef qui semble s'orienter vers cette opinion (cf. http://halachayomit.co.il/fr/Print.aspx?HalachaID=1451). Cependant le cas est different (cela parle de rosh hodesh si on a oublié yaalé veyavo). Il est ecrit clairement qu'une femme qui à l'habitude de faire ses prières à le même statut qu'un homme mais puisque le cas est différent j'ai toujours mon doute.

Sauriez vous m'éclairer,
Merci beaucoup

Rav Sam Elikan
mer 01/02/2017 - 07:47

Shalom,

Votre question figure dans le Mishna Beroura (OH 263, s.k. 43) et dans le Kaf HaH'ayim (id., s.k. 65) à propos d'une femme ayant - malgré elle - raté Minh'a de la veille de shabat, si elle peut ou doit rattraper en priant deux fois Arvit de Shabat. Ce qui semble être le cas.

Dans le livre Halih'ot Shelomo (Tefila, §13, note 10), il est rapporté que même si la femme n'a pas pour usage de faire Arvit, car elle ne fait que Minh'a, si elle a raté Minh'a, elle devra prier Arvit pour ensuite rattraper son Minh'a usuel.

Cet avis est également rapporté dans le livre Halih'ot Beita chap. 6, al. 8 (cf. surtout note 13) ainsi que dans le Piskei Teshouvot 234,4. Cf. encore Shemirat Shabat Kehilh'ata, chap. 43, note 110.

Cependant, d'autres comprennent des propos du Mishna Beroura que c'est une possibilité, mais pas une obligation, si d'habitude elle ne prie pas Arvit (cf. Halih'ot Bat Israel chap. 2, al. 20 et Ishei Israel, §30, note 6).

Quoi qu'il en soit, les décisionnaires ne semblent pas être unanimes même sur ce principe.

En effet, le Rav Frummer (resp. Eretz Tzvi I, §23) fait dépendre cette question d'une autre : une erreur dans la prière (comme un oubli de "ya'aleh veyavo") rend-elle la prière impropre ou, au contraire, la prière est acceptable, mais il faut la refaire pour rappeler l'événement qu'on a oublié d'énoncer (Rosh H'odesh, H'ag, etc.) ? Si la prière est acceptable telle quelle, étant donné que les femmes n'ont pas la même obligation, elles ne seraient pas obligées de rattraper, mais elles le pourraient si elles le voulaient. Si on suit l'autre direction, affirmant que la prière est invalide - alors elles doivent rattraper la prière manquée.

Le Rav Edlin (resp. Beit Israël, §10), ainsi que le Rav Yehoshoua Boymel (resp. Emek Halah'a §34) et le Rav Ovadia Yossef (resp. Yabia Omer VI, §18) soutiennent qu'une femme s'étant trompé dans sa prière doit la refaire (et on peut en comprendre qu'il s'ensuit qu'une femme ayant pris sur elle de prier trois prières quotidiennes et en a raté une - doit refaire la suivante), parce que ce qu'elle a pris sur elle doit être fait comme il faut.

Cependant l'Admour de Tzanz-Klausenbourg (resp. Divrei Yatziv I, §62) ainsi que le Rav Avraham David Horowitz (resp. Kinyan Torah VII, §10) ne sont pas de cet avis. Selon eux, même si la tefila n'a pas été faite comme il faut, une femme ne doit pas refaire sa tefila, car a priori elle n'a pas d'obligation sur l'ordre de la prière, ce qu'elle doit y dire. Il semblerait que cela soit également l'avis du Rav Shraga Feivish Schneebalg (resp. Shraga HaMeir V, §114) et du Rav Binyamin Yehoshoua Zilber (resp. Az Nedaberou XI, §48) ainsi que du Rav Nah'oum Rozenberg (resp. Birkot Shamayim I, §46). Dans le livre Halih'ot Shlomo (Tefila, chap. 15, note 5) cet avis est également rapporté au nom du Rav Sh. Z. Auerbach.

Dans les Piskei Teshouvot (OH 106,1), l'auteur fait une distinction entre une femme qui a pris sur elle de prier trois prières quotidiennes lorsqu'elle a le temps qui selon lui n'est pas astreinte à rattraper, mais peut si elle veut, et une femme qui a pris sur elle de prier dans tous les cas trois fois par jour, peu importe si elle a le temps ou pas qui devra alors rattraper sa prière manquée.

Cordialement,