Des emails d'activation de comptes sont envoyés à nos utilisateurs. Vérifiez aussi dans votre dossier Spam / Courrier Indésirable ! Si vous n'avez pas reçu de mail contactez-nous à l'aide du lien ci-dessus.
Si notre message se trouve dans le dossier Spam, nous vous serions reconnaissants de le marquer comme "non-spam" (ou autre mention équivalente) afin de nous aider à atteindre les autres utilisateurs de Cheela.

Qui a raison?

okay
Profile picture for user okay
dim 26/03/2017 - 23:00
Bonjour
Nous avons assiste a une dispute et j aimerais bien connaitre l avis de la Halaha
Un de nos enfants a un cours de musique dans une ecole de musique
Une mere d un eleve a voulu que son enfant ait des cours supplementaires et est allee demander à l enseignante des cours prives
Cela s est passe devant la directrice de l ecole, qui elle meme propose de cours prives avec ses enseignants.

La directrice lui a dit que cela etait interdit- la mere d eleve a repondu : vous vous ne perdez rien et nous on gagne donc permis

Aucun contrat officiel n est signe sur ce point

Je trouvais l attitude de la mere " pas jolie" mais son argument me semblait correct
Qu en est il ?
Merci !




--
Question envoyée via l'application iphone
Rav Sam Elikan
jeu 30/03/2017 - 06:17
Shalom,
Le cas s'étant déroulé, j'avoue ne pas trop comprendre le but de la question...

Si c'est pour "savoir ce que dit la halah'a", ce n'est pas évident - il existe des discussions à ce sujet.

En effet, ici interfèrent des concepts de "hasagat gvoul" et "yored le'oumanout h'avero" (cf. la 15371, et aussi la 78434) qui font que l'argument de "vous ne perdez rien et nous on gagne - donc permis" n'est pas évident. Cela dépend aussi de la question à quel point on applique ces principes concernant l'enseignement, d'une part, et, d'autre part, cela dépend également des lois locales, du règlement de l'établissement et de ce qui est stipulé dans le contrat de l'enseignante face à sa directrice.
Bref, beaucoup de paramètres à prendre en compte...
Cordialement,