Conversation 2054 - Interdit de la masturbation

Anonyme
Lundi 27 mai 2002 - 23:00

as t on le droit de se masturber dans la thora. Si c'est interdit et qu'on le pratique depuis l'age de 15 ans, que faut il faire. C'est khayav mita ou khayav carete et qu'est ce que ca veut dire exactement . Expliquer moi.
merci
Fantaviello

Rav David Zenou
Lundi 27 mai 2002 - 23:00

Shalom!
La réponse est un peu longue mais elle est nécéssaire.
Dans la thora il est écrit: "Alors Yehuda dit à Onan (son fils): Epouse la femme de ton frère en vertu du lévirat, afin de constituer une postérité à ton frère. Onan comprit que cette postérité ne serait pas la sienne; et alors chaque fois qu'il approchait la femme de son frère, il détruisait (le sperme) à terre, afin de ne pas donner postérité à son frère. Sa conduite déplut à D… qui le fit mourir de même." De cette source apprend rabbi Yoh'anan que celui qui a cette pratique est passible de mort. Rabbi ytsh'ak dit que c'est comme s'il était un meurtrier (Nida 13a). Le Zohar explique que cette faute souille particulièrement plus que toute autre faute.
Ces expressions montrent la gravité de l'interdiction.

D'autre part le 'Helkat Me'hokek (even aezer 23,1 cité par le Beth Shemouel) les paroles du zohar ne doivent pas être perçues au pied de la lettre. Ou encore le Pené Yeoshoua (2,44) écrit que les paroles du talmud 'il est comme un meurtrier' sont comparables au dire de nos sages que 'faire de la médisance équivaut à l'adultère, le meurtre et l'idolâtrie en même temps' et il est invraisemblable que ce soit comme ça, ils ne l'ont dit que pour montrer la gravité.
Il y a les deux cotés; c'est très grave mais ce n'est pas perdu pour autant, et il est donc important de ne pas se laisser 'impressionner' par le vocabulaire très rude qui est utilisé.

Pour combattre cette interdiction qui fait travailler le mauvais penchant des heures supplémentaires je vais simplement citer les points de réflexion qu'il est nécessaire d'aborder (voir le recueil 'Tsoar' num 4 page 129):
1. La tendance sexuelle existe; ce n'est pas une maladie et il ne faut pas en avoir peur.
2. L'interdiction fait partie de la vision générale à savoir que l'homme doit se sanctifier par ses actions. La domination de cet instinct à des fins permises (dans le cadre du mariage) a une grande part dans cette sanctification.
3. Les sages ont écrit "J'ai créé le mauvais penchant et j'ai créé la thora pour y remédier"
4. Chaque interdiction à son 'lieu de travail' le mauvais penchant rentre là ou on le laisse rentrer. Il faut choisir ou aller et qui fréquenter avant que l'instinct ne se réveille.
5. Rabbi Yoh'anan dit "L'homme a un membre petit, si on l'affame il est repu, si on le contente il en veut encore" c'est le principe de l'intoxication et de la dépendance.
6. Le langage influe sur la pensée. "Qui parle bien pense bien!"
8. La vue influe sur la pensée et la pensée influe sur l'action. Garde tes yeux et ta pensée!
7. L'oisiveté est mère de tout les vices".

Bonne chance et bon courage, c'est dur mais faisable!

Bibliographie recommandée si vous lisez bien l'hébreu: Livres du rav Shlomo Aviner "taarat aberit" I et II. Recueil "vehitem kedoshim".

Rav David Zenou - Jérusalem
Pour plus de renseignement: dnzenu@netvision.net.il

Anonyme
Jeudi 17 octobre 2002 - 23:00

Bonjour;
Je voudrais avant de vous poser une question tres importante faire une petite remarque à propos du message 1283 qui s'adresserait à serge en lui expliquant que par exemple pour moi le fait que les questions de sexualité ont été présentées ici m'a beaucoup aidé et c'est pourquoi j'en ai un petit peu marre que même dans les endroits où il est enfin permis de parler de ce genre de sujet , on se demande encore si ce n'est pas suffisamment tabou.
Moi je viens d'une famille tres orthodoxe et je suis considérée par la société comme quelqu'un de tres orthodoxe qui n'a d'amis que parmi les orthodoxes. Du coup lorsqu'à l'age de 14 ans j'ai découvert la masturbation féminine à propos de laquelle malgré vos réponses je n'ai toujours pas compris si elle est interdite ou pas, j'ai été tres perturbée par le fait que je n'ai pu en parler avec personne et me confier uniquement a moi même en constatant combien avec le temps c'est un phénomène qui me nuit et risque peut etre de m'empêche de me marier .
Dans mon entourage on se marie tot et moi meme à 22 ans je commence à devenir une vieille fille ;je subis une tres grosse pression sociale… Mais je me sens perdue a cause de cette grosse faute dont je n'arrive même pas à évaluer la gravite et qui me pourrit la vie . Je ne sais même pas si qd je pries ou je demande pardon a hachem ca ne fait pas hypocrite. Comment peut on se faire pardonner et essayer de faire en sorte que ca ne se reproduise plus? Par ailleurs vous donnez tellement de conseils aux garcons pour qu'ils se fassent pardonner et à propos de leur punition alors qu'on ne parle jamais des filles . Pourrais-je connaitre les punitions et les conseils relatifs à mon problème? Merci.

Rav S.D. Botschko
Lundi 2 décembre 2002 - 23:00

Chalom,

J'ai été très sensible à votre lettre et il ne fait pas de doute qu'il est difficile de porter un secret, que l'on croit être une faute grave, et de ne pas pouvoir en parler à ses parents ou à des amis.

De manière générale, le sentiment de culpabilité augmente à cause du secret lui même. Souvent, des actes somme toute mineurs, prennent alors une importance complètement disproportionnée. En focalisant ainsi sur cette attitude, on en fait le centre de ses préoccupations et cela peut rendre la personne prisonnière d'une pratique qu'elle n'aimerait pas faire, mais dont elle ne peut plus se défaire.

Sur le plan de la Halakha, on ne parle pas dans le Choulkhan Aroukh de la masturbation féminine. Elle ne peut en aucune manière être comparée avec la masturbation masculine qui est accompagnée d'une perte de sperme, normalement destiné à unir le couple et non à être ainsi gaché. On mentionne par contre une pratique qui est celle de femmes qui se masturbent mutuellement. (Even Haeezer, fin du chapitre 20). La source de cette interdiction est dans le verset qui interdit d'adopter les pratiques égyptiennes. On peut sans doute extrapoler que la masturbation féminine est une pratique qu'il faut s'efforcer de cesser.

Ce qu'il faut comprendre, c'est que le judaïsme ne rejette en aucune manière le plaisir de manière générale, et le plaisir sexuel en particulier. C'est D-ieu qui a créé un monde agréable pour que l'homme en bénificie. Nous faisons des bénédictions particulières sur les bienfaits de D-ieu et plus le bienfait est agréable et plus la bénédiction est grande.

Il faut ajouter cependant, et c'est essentiel, que le plaisir doit faire partie d'un tout et que l'homme ne peut pas séparer sa partie animale de sa partie spirituelle. Par exemple, le Chabbat est un jour où le plaisir est une Mitsva. Mais on veillera à accompagner les délicieux repas de Chabbat de chants et louanges au Créateur, liant ainsi la joie matérielle à une élévation spirituelle.

Il en est de même de la relation intime. A ceci près que l’élévation de la relation à un degré spirituel ne passe pas par des chants et des louanges, mais par le partage avec autrui. Un couple qui s'aime a comme mitsva de rendre heureux l'un l'autre. Cet acte qui était au départ 'une action purement instinctive et égoïste devient ainsi un acte généreux, l'accomplissement d'une Mitsva. Cette générosité est la source de la qedoucha de la sexualité. La construction d'une famille, corollaire de l'amour, est aussi un des éléments importants qui relie la sexualité et le plaisir de l'instant en un acte qui a le sceau de l'Eternité.

Mon conseil, (et c'est le même que je donne aux jeunes gens qui ont ce problème), c'est de ne pas se focaliser sur lui. Tâchez de donner un sens à votre existence, et qu'Hachem vous aide à trouver l'homme de votre vie avec qui vous pourrez partager vos secrets et vous libérer de l'isolement qui vous accable, isolement qui est à mon sens la cause première de votre désarroi. Cela vous permettra de cesser cette pratique qui en fin de compte ne vous apporte pas le bonheur.

C'est tout un programme, mais je suis sur qu'Hachem va vous soutenir.

Anonyme
Lundi 18 novembre 2002 - 23:00

suite à la question 119 sur la masturbation, je voudrai sasvoir si la masturbation est aussi interdite pour une femme, sachant qu'il n'y aura donc pas perte de semence?

Rav Elie Kling
Lundi 2 décembre 2002 - 23:00

Veuillez consulter la reponse detaillee fournie a ce sujet par le Rav Botchko a la question 2054 (ci-dessus).
Cordial Chalom

Anonyme
Samedi 12 avril 2003 - 23:00

Shalom et shavoua tov. Je ne sais pas exactement à qui je m'adresse mais je vous en remercie d'avance.
Voilà une question me préocuppe; j'ai entendu dire que la masturbation masculine était interdite pour cause d'écoulement du sperme, cepandant en ce qui concerne la masturbation fémine il ne se passe rien de tout ça. C'est pourquoi la masturbation féminine est "permise". Je voudrais savoir si ces faits sont véridiques. hag sameah et encore merci de votre attention en mon égard.

Rav Elie Kling
Lundi 14 avril 2003 - 23:00

Veuillez consulter la reponse donnee ci-dessus par le Rav Botchko.
Merci et cordial chalom

Anonyme
Samedi 26 juillet 2003 - 23:00

Bonjour,
je ne comprend pas la difference entre la masturbation feminine qui n est pas clairement interdite puisque n etant mentionee nulle part et eprouver du plaisir par quelqu un d autre. Cela ne devrai t il pas etre autant interdit? ou autant autoriser?

Rav David Zenou
Mardi 23 septembre 2003 - 23:00

Je ne saisi pas la question, qui est ce quelqu'un d'autre? le mari ou n'importe qui d'autres.

D... a construit le monde de telle sorte que la femme obtienne le plaisir charnel exclusivement son mari, de meme pour le mari. Ceci afin de concentrer son amour sur cette personne, cela dans l'optique de renforcer l'amour mutuel et aussi stabiliser le cocon familiale. Celui ci permettra alors une avance spirituel tel que D... nous le demande.
La masturbation feminine ne rentre pas dans cette categorie.

Anonyme
Vendredi 2 janvier 2004 - 23:00

Bonjour,
j ai lu les reponses concernant la masturbation femine mais ej n ai pas bien compris. Est-ce que la masturbation feminie est interdite?

Rav Elyakim Simsovic
Dimanche 4 janvier 2004 - 23:00

Qu'est-ce qui n'est pas clair dans la réponse du rav Botshko à la question 2054 ?
Peut-être faudrait-il faire l'effort de comprendre que tout ce qui n'est pas explicitement interdit n'est pas pour autant automatiquement permis ?
Qu'il existe des degrés de gravité dans les comportements, gravité qui s'évalue non seulement par rapport à l'acte commis mais aussi de la personne qui le commet,
La réponse à une question comme la vôtre ne peut pas être "oui" ou "non".
Sans compter qu'il y a aussi une différence majeure entre la recherche hédoniste d'une volupté et la suppression d'une souffrance.

Anonyme
Dimanche 4 janvier 2004 - 23:00

Suite a la reponse 12493:
Vous demandez ce qui n'est pas clair? C'est que je ne trouve pas de reponse a ma question en lisant:
"On peut sans doute extrapoler que la masturbation féminine est une pratique qu'il faut s'efforcer de cesser"
Pourquoi extrapoler la mas. mutuelle de femmes au pliasir d'une femme seule?
La masturbation feminine mutuelle est un acte qui se rapproche de l'homosexualite contrairement a celle dont il est question.
Je suis desolee de poser une question a laquelle il n'est certainement pas facile de repondre par oui/non, mais j'ai du mal a admettre que la reponse etait claire ou complete. Je ne comprends pas non plus pourquoi reprocher de reposer cette question plus clairement, c'est un sujet qui remonte souvent meme dans le milieu religieux. Cordialement, Linat.

Rav Elyakim Simsovic
Lundi 2 août 2004 - 23:00

La réponse reste tout à faut claire pour autant, même si elle ne vous satisfait pas. La Thora n'encourage certainement pas le plaisir solitaire et en tout cas certainement pas lorsqu'il serait pris pour une fin en soi.
C'est pourquoi je ne peux que vous répéter la conclusion de ma réponse précédente : il y a une différence majeure entre la recherche hédoniste d'une volupté et la suppression d'une souffrance.
Il n'y a aucun reproche à vouloir clarifier une question et mieux comprendre une réponse. Mais une fois reformulée la question sous ses deux formes :
est-ce permis ? réponse : non.
est-ce interdit ? réponse : non.
en quoi sommes-nous plus avancés ?
Cela signifie que cela entre dans le cadre de l'injonction permanente à la vocation de sainteté qui couvre les interstices de "l'entre-deux" des mitsvoth : celles-ci ont un caractère discontinu alors quela vie est faite, elle, d'une trame continue.
La recherche d'une harmonie et d'une cohérence impose donc d'extrapoler et de se demander en diverses circonstances pour lesquelles la Thora ne légifère pas explicitement : est-ce compatible ?

Anonyme
Dimanche 4 janvier 2004 - 23:00

Au sujet de la question 12493 je dois dire que je ne comprends pas du tout l'argumentation développée par le Rav Botshko. En effet l'interdit mentionné dans le Choulkhan Aroukh fait référence à l'homosexualité féminine. De là à en extrapoler la masturbation , je suis perplexe. Cest rajouter un interdit qui finalement n'a de source explicite nulle part et ce en se basant sur un concept assez général.
Merci d'avance de vos explications

Rav Elyakim Simsovic
Mercredi 2 juin 2004 - 23:00

Oui, c'est vrai : un concept assez général n'a de sens que si on accepte d'en assumer la cohérence dans la conduite.
Que quelque chose ne soit pas explicitement défendu ne le rend pas encore recommandable. Et même si cela n'a pas sans doute pas le même degré de gravité que chez l'homme, cela ne signifie pas que le plaisir solitaire soit particulièrement bien vu, pas à cause du plaisir, mais à cause du solitaire.

davsky3
Mercredi 28 avril 2004 - 23:00

Chalom
puis je rappeler à votre bon sentiment les questions 12575 et 15406 ?
Merci d'avance

Rav Elyakim Simsovic
Mercredi 5 mai 2004 - 23:00

La 15406 a reçu réponse.
La 12575 concernant une réponse du rav Botschko, nous ne voulons pas nous substituer à lui pour défendre sa position (que je partage).
Toutefois il me semble que vous pourrez consulter avec profit les réponses qui ont traité du sujet de la sexualité sur le site.

Tipex
Samedi 1 mai 2004 - 23:00

une femme qui se caresse les organes genitaux est ce assour ?

Rav Elyakim Simsovic
Dimanche 2 mai 2004 - 23:00

Le sujet a été maintes fois traité sur le site.

Tipex
Mardi 4 mai 2004 - 23:00

Pourquoi pour la femme la mastrubation est autorisée quoique pas conseillée et pour l'homme c'est assour c'est pas normal

Rav Elyakim Simsovic
Mercredi 5 mai 2004 - 23:00

On n'a pas dit que c'est pas normal, la thora l'interdit, ce n'est pas exactement la même chose ou plutôt ce n'est pas du tout la même chose.
L'orgasme féminin n'est en rien lié à l'ovulation qui est seule équivalente de l'éjaculation chez l'homme, laquelle est liée à l'orgasme masculin. L'interdiction de "semer en pure perte" ne s'applique donc qu'à l'homme et n'a pas de pertinence chez la femme.
Il me semble qu'il n'est pas nécessaire de décrire pourquoi, mais s'il le faut j'expliciterai.

l123456
Jeudi 21 juillet 2005 - 23:00

est ce ke pr une fille la masturbation est interdit

Samedi 23 juillet 2005 - 23:00

Tapez sur le moteur de recherche les mots: "masturbation feminine" et vous obtiendrez reponse et developpements.
Cordial chalom