Monter au Mont du Temple

ChavaLea
Profile picture for user ChavaLea
ven 21/11/2014 - 23:00
Bonsoir, j'ai lu votre exposé sur le Har Habayit, très intéressant, mais je voudrais mettre un bémol sur le fait d'oublier ce makom ou son importance.

Dans le cœur de chaque juif du monde entier et surtout avec l'appui de grands poskim comme rav Ovadia Yossef ce makom ne diminuera pas de sa valeur ou autre car chaque année à ticha beav nous nous asseyons pour pleurer ce makom.

Aussi le Maître du monde n'a pas besoin que nous y montions pour faire descendre le 3ème beth a mikdash surtout quand cela est vécu comme une provocation!

A-t-on les épaules assez larges et les mérites assez grands pour se confronter à ces émeutes, j'en doute!

En espérant et en priant chaque jour pour que la splendeur du Temple nous rééclaire, je souhaite longue vie à votre site


--
Question envoyée via l'application iphone
Rav Sam Elikan
mer 27/05/2015 - 19:56
Shalom,

Merci de votre contribution.
Je me permet néanmoins de soulever quelques points à méditer.


1) "je voudrais mettre un bémol sur le fait d'oublier ce makom ou son importance".

La question de la mémoire n'est pas en cause, je ne crois d'ailleurs pas l'avoir soulevé dans la précédente réponse.

Il y a une différence entre se souvenir que quelque chose nous manque, en faire le deuil et agir activement à sa restitution.
A quoi cela ressemble-t-il ? A quelqu'un qui a perdu un objet cher.
Il y a une différence entre s'attrister sur la perte de l'objet et tout faire pour essayer de le récupérer. Les conditions - pendant deux mille ans - ont été telles qu'il fut quasiment impossible de faire quoi que ce soit, on en était donc à se cantonner dans le deuil ; mais si, aujourd'hui, on peut faire quelque chose, pourquoi ne pas le faire ?

En outre, le Rav H'ayim Ben Attar, dans son commentaire sur la Torah, Or HaH'ayim (Vayikra 25,25) va extrêmement loin sur cette question et affirme que si on ne fait pas ce qui est nécessaire à la construction du Temple, en prenant conscience de manière réelle et active à cela, en parlant au cœur des hommes et en les rapprochant à cette cause - même les plus grands d'Israël paieront le prix de cette faute, D'ieu leur demandera pourquoi ils ont laissé Sa Maison dans cet état :
ועל זה עתידין ליתן את הדין כל אדוני הארץ גדולי ישראל ומהם יבקש ה' עלבון הבית העלוב.

Ce que j'ai essayé de dire c'est qu'au niveau religieux il n'y a pas vraiment d'interdit, au contraire...

Il peut y avoir néanmoins des considérations politiques, sécuritaires ou autres (ce que vous appelez "émeutes", entre autres), mais je ne crois pas que ce soit le rôle des rabbins de prendre des décisions pour des choses qui sont bien au-delà de leur domaine. Si l'état et la police me permettent de visiter, alors je peux leur faire confiance, ils savent ce qu'ils font, généralement. De la même manière qu'un rabbin ne va pas dire à un pilote comment conduire son engin, il ne va pas dire à la police comment gérer la sécurité...



2) "Dans le cœur de chaque juif du monde entier et surtout avec l'appui de grands poskim comme rav Ovadia Yossef ce makom ne diminuera pas de sa valeur ou autre car chaque année à ticha beav nous nous asseyons pour pleurer ce makom".

Vous pensez sérieusement que les politiciens et le waqf jordanien vont penser que le Mont du Temple nous est important parce qu'un jour par an nous sommes "endeuillés" et ressentons quelque chose dans notre cœur ? Vraiment ?



3) "Aussi le Maître du monde n'a pas besoin que nous y montions pour faire descendre le 3ème beth a mikdash surtout quand cela est vécu comme une provocation!"

a. Je ne sais pas si le Maître du Monde a besoin que nous y montions ou pas - confidence: je ne connais pas Ses pensées, ni personne d'ailleurs. Mais le Or HaH'ayim, comme dit, affirme qu'il faut faire tout ce qui est en notre pouvoir pour Lui construire Sa "Maison", n'est-ce pas en notre possibilité de monter, tant bien est que ce n'est pas interdit ?
Plus encore, le Rav Mordeh'ai Eliahou avait proposé de construire une synagogue sur le Mont, dans un des endroits permis (Teh'oumin n°3, p. 423), idée partagée par le Rav Y.M. Tikoutshinsky (Ir HaKodesh veHaMikdash, V, p. 80) et le Rav Sh. Goren (Sefer HaMikdash p. 327 et suiv.) ...

b. Selon l'avis majoritaire, le Temple ne descend pas du Ciel. Désolé. C'est certes l'avis de nombreux rabbins (*), mais l'avis du Rambam, du Ramban, du H'inouh' et de la grande majorité des décisionnaires est que le Temple sera construit par l'homme.



4) "A-t-on les épaules assez larges et les mérites assez grands pour se confronter à ces émeutes, j'en doute!"

Encore une fois, c'est à la police, aux forces de sécurité et à l'Etat d'en décider. Ce n'est pas du ressort des rabbins. D'ailleurs, je ne comprends pas pourquoi cela ne pourrait pas se faire calmement, dans la paix, le respect et l'harmonie comme cela fut le cas pendant un certain nombre d'années... Les visiteurs pacifiques d'une place publique ne faisant que passer n'ont jamais dérangé personne...
Par contre, il est du ressort des rabbins d'affirmer ce que dit la halah'a - et elle n'interdit pas catégoriquement de monter - dans les zones permises, bien entendu, et après être passé au Mikveh, etc. - sur le Mont du Temple, comme certains voudraient le faire croire.
Par ailleurs, il y a là aussi une question de liberté de culte.
Je crois que c'est une question générale, à méditer : à partir de quand la liberté est-elle "mise en veille" au profit de certains "ressentiments" que certaines personnes pourraient ressentir ? La question ne date pas d'hier, mais mérite réflexion. Est-ce différent des dessins Charlie Hebdo par exemple ? Est-ce légitime ? Grande question qui dépasse de loin ce cadre et mes compétences. A méditer, en tout cas.


Notes
(*) C'est une vision qu'on retrouve dans certains midrashei aggada et reprise Rashi sur RH 30a et Souka 41a; Tossafot, Souka id. et Shvouot 15b; Ra'avan, RH 459; Maharal, Gour Aryeh Shemot 15,17; Yaavetz dans son intro. au traité de Midot, de son comm. Leh'em Shamaim; Gaon de Vilna sur Yeh'ezkel 43,11 - il est à noter que la majorité de ces propos sont évoqués en tant que commentaires et non pas en tant que décision hilh'atique ; à la différence de ceux affirmant que le Temple sera construit et ne descendra pas du ciel.


Cordialement,