Des emails d'activation de comptes sont envoyés à nos utilisateurs. Vérifiez aussi dans votre dossier Spam / Courrier Indésirable ! Si vous n'avez pas reçu de mail contactez-nous à l'aide du lien ci-dessus.
Si notre message se trouve dans le dossier Spam, nous vous serions reconnaissants de le marquer comme "non-spam" (ou autre mention équivalente) afin de nous aider à atteindre les autres utilisateurs de Cheela.

S'aimer avant le mariage ?

jps
Profile picture for user jps
mer 14/09/2016 - 23:00
Merci beaucoup pour votre réponse,
J'ai encore quelques interrogations, dans votre réponse vous écrivez que "toute personne ayant une relation sans mariage (cela est vu comme) prostitution, et est puni selon la Torah".
Cela veut il dire que tout contact physique (bise, tenir la main...) est interdit ?
Il semble que dans cet extrait on parle de relation sexuelle.
Si tout contact physique est interdit j'aimerais connaitre la source écrite de cet interdit. Et j'aimerais savoir si cette source est fiable.
Merci d'avance,
Rav Sam Elikan
lun 19/09/2016 - 04:14
Shalom,

Effectivement, dans cet extrait du Rambam, on parle de relation sexuelle.

Toutefois, le même Rambam écrit par ailleurs (Lois des relations sexuelles interdites, chap. 21, loi 1) que tout contact physique sensible est interdit :

"Quiconque aurait une relation par d'autres "membres", ou qui aurait enlacé et embrassé avec désir et (même s'il ne fait que) profite(r) de la proximité physique - est puni par la Torah, ainsi qu'il est dit (Vayikra 18,30) "et ne vous souillez point par leur pratique", et il est également dit (id, 6) : "Que nul de vous n'approche pour découvrir la nudité..." c'est-à-dire (qu'il est interdit) de s'approcher des choses qui amènent à la découverte de la nudité".

Cf. encore Sha'arei Teshouva de Rabbeinou Yonah de Guérone III, §80 - où le fait même de toucher la main d'une femme mariée est considéré comme "se rapprocher de la nudité", selon la Torah.

Ou encore le Messilat Yesharim du Rav Moshé H'ayim Luzzato, chapitre 11 qui soutient qu'il ne s'agit pas seulement de s'éloigner de la relation, mais qu'il s'agit - en plus - d'un interdit en soi.

Une des retombées pratiques de cette question (s'agit-il d'un interdit à part entière ou cet interdit n'a que pour but de nous éloigner d'une relation) concerne quelqu'un qui serait incapable d'avoir une relation, qui serait impotent. Quoi qu'il en soit, même dans ce cas là - cela reste interdit (cf. Neh'pa BaKessef Even HaEzer 178,2; Kriyat Meleh' Rav, partie resp. §26).

Cordialement,