Conversation 84173 - Bénédiction sur l'acte sexuel ?

arioste
Lundi 11 février 2019 - 22:48

Existe-t-il dans la littérature rabbinique une "beraha"  à dire avant ou après l'acte sexuel ?

Si oui, laquelle ?

Si non, pourquoi donc (alors que cet acte constitue une jouissance au même titre, voire plus encore, que, par exemple, la vue d'un beau paysage ou la consommation d'aliments sur lesquels on fait une beraha) ?

Emmanuel Bloch
Mardi 12 février 2019 - 20:25

Chalom,

 

Voila une question interessante ! Voici quelques elements reflexion (mis a jour le 13 fevrier 2019, avec l'aide du rav Samuel Elikan, que je remercie tres sincerement).

 

1. L'acte sexuel n'est generalement pas vu, dans le Judaisme, comme une jouissance mais comme une mitsva. Ce n'est donc pas, en toute hypothese, une birkat hane'enin qu'il faudrait prononcer, mais une birkat ha-mitsva. C'est une autre categorie de benedictions, avec quelques consequences halakhiques.

 

2. La mitsva liee a l'acte sexuel est essentiellement celle de la procreation. Or cette derniere est au mieux possible, jamais certaine. Du fait du safek, je ne pense pas que l'on puisse reciter une benediction.

 

3. L'acte sexuel fait egalement partie des relations normales entre epoux, en-dehors de tout contexte reproductif. Mais dans les relations interpersonnelles, on ne recite generalement pas de benediction. Pensez a donner la tsedaka, accueillir des invites, respecter ses parents, etc. Donc, sous cet angle egalement une berakha n'est pas possible.

 

Les responsa Binyan Ze'ev (siman 169) notent ici que les mitsvot nous distinguent des non-Juifs (acher kidechanou be-mitsvotav), et que toute action qui est un commandement divin, mais que les nations du monde accomplissent egalement, comme le respect du aux parents, ne recoit pas de benediction. Cf. aussi rav Wosner, Chevet ha-Levy 2:111 paragraphe 1.

 

4. Certains ont envisage, mais rejete au bout du compte, que l'acte sexuel soit inclus dans la berakha "acher yatsar" (cf. Az Nidberou du rav Binyamin Yehochoua Silber 3:54:3; Binyan Ariel p. 83; chou't halakhot ketanot 1:137).

 

5. Certains pensent que l'acte sexuel est inclus dans la benediction que l'on recite avant d'aller dormir (birkat ha-cheina. Voyez les mots du Yaavetz dans son Sidour Beit Yaakov, hanhagat leil shabbat).

 

6. Des autorites recommandent une courte priere kabbalistique (lechem yi'houd, cf. Kaf ha-Hayyim, Orah Hayim 240:64-65).

 

7. Une benediction ne peut pas etre recitee lorsque l'on est devetu. Donc, il faudrait reciter la benediction avant de retirer ses vetements ... je ne suis pas sur si cela serait considere comme un hefsek (interruption) ou non.